Éditorial, L'Expertise informatique, vol. 2 no. 2, hiver 1997


Une voie réservée sur les inforoutes

Nous voilà à l'aube de  l'ère de l'inforoute . Cette nouvelle époque qui s'entame verra les gens communiquer avec plus d'aisance et d'efficacité. Individus, compagnies et gouvernements se transmettront, à des vitesses fulgurantes, leurs idées, messages, travaux, économies et renseignements personnels. Le tout s'effectuera dans un monde sans réelles frontières, la planète tout entière se réduisant à un village virtuel où tout est à la portée du doigt.

Bien que ces fabuleuses inforoutes fassent rêver commerçants et consommateurs, il n'en demeure pas moins qu'elles représentent un gigantesque casse-tête pour nos décideurs et pour les gens qui devront les mettre en place. Comme le démontre la récente Commission de la Culture entreprise par le gouvernement du Québec, tous sont invités à faire part de leurs suggestions et à participer à la conception des inforoutes, étant donné que chacun d'entre nous verra sa vie plus ou moins bouleversée par leur arrivée. Simultanément, de nouveaux marchés plutôt lucratifs s'offrent à la collectivité, et plusieurs cherchent à se tailler une part du gâteau. La complexité des discussions, due au grand nombre d'intervenants impliqués, fait en sorte qu'il est difficile de déterminer ceux qui ont ou qui devraient mettre en place ces inforoutes. Évidemment, informaticiens et informaticiennes doivent être de ceux-là, mais nous devons d'abord y préciser notre rôle.

L'informaticien et les inforoutes

L'un des rôles majeurs que devra assumer l'informaticien professionnel concerne la protection et l'information du public en général. Le simple citoyen se retrouve souvent noyé au sein des vagues d'informations, parfois contradictoires, traitant des inforoutes qui déferlent sur lui. L'informaticien doit participer activement à l'élaboration des inforoutes et bien renseigner le public, de même que les dirigeants, sur les impacts des différentes alternatives envisagées; il en va de la sécurité de tous.

À cet effet, l'APIIQ a récemment déposé, devant la Commission de la Culture, un mémoire sur les enjeux du développement de l'inforoute québécoise. Les recommandations portaient sur quatre grands thèmes : la place de la langue française, les services gouvernementaux et la protection du citoyen, le commerce et la protection du consommateur, et enfin l'éducation. Le rôle de l'informaticien concepteur de l'infrastructure logicielle de l'inforoute et les responsabilités associées à cette profession y étaient mis en évidence. Notre participation active et continue à ce type de débats sociaux est d'importance primordiale.

Au-delà de ses connaissances techniques évidentes portant sur le contenant et le contenu des inforoutes, l'informaticien doit aussi puiser dans son expérience et sa formation pour traiter de nouveaux défis comme l'accessibilité, la convivialité, la sécurité, la confidentialité, la venue de nouvelles normes et même la législation nécessaire au bon fonctionnement des inforoutes.

L'impact de la mondialisation des marchés sur notre profession

Les frontières sont actuellement rares sur Internet et les inforoutes. Cette mondialisation des marchés apporte de nouveaux défis : les produits doivent être adaptés à différentes cultures, et dans différentes langues. Elle crée aussi un niveau de compétition sans précédent pour bien des professions, dont la nôtre. Nous verrons de plus en plus de compagnies faire affaire avec des informaticiens sur d'autres continents, d'abord pour des raisons économiques, mais ensuite peut-être pour des raisons de qualité. Du moins, voilà la tendance actuelle où, par exemple, plusieurs pays asiatiques forment un nombre sans cesse croissant de candidats compétents, dans des conditions économiquement favorables à l'investissement étranger. Qu'est-ce qui incitera donc le marché mondial à faire affaire avec les informaticiens d'ici? Voici quelques suggestions pour ces derniers :

Dans le contexte actuel, il semble urgent d'agir dès maintenant afin de nous positionner et de mettre en valeur notre profession. Nous devons demeurer compétents et compétitifs, il en va de notre survie et de la qualité des futures inforoutes. Prenez place!

 

Daniel Amyot, ift.a.jr.
Rédacteur en chef
damyot@csi.uottawa.ca